© 2018 by Dconcept Paris

Téléphone : 

+24107040414

Rechercher
  • Madagascar Project

Interview de notre fondatrice; Faratahiana Randrianarisaona-

Mis à jour : 19 juin 2018


Liora: Bonjour Tahiana, ravie de pouvoir partager ce petit moment avec toi et surtout d’échanger sur ton projet.


Tahiana : Bonjour Liora, je suis heureuse de pouvoir te parler un peu ce chalenge qui nous tient tant à cœur.


Liora: par où commençons nous ? il me semble avoir entendu parler de la naissance d’un single ?


Tahiana : effectivement tout est parti de là en fait. En écrivant, comme chaque dimanche, j’ai décidé de dédier un des mes morceaux à la population la plus démunie de Madagascar. Une manière de dire STOP au non-respect de l’Humanité. En 2018 il ne devrait plus y avoir des êtres humains obligés de fouiller dans les poubelles pour pouvoir survivre. Rendons-leur leur dignité.


Liora : Très grand projet. Et que comptes tu faire pour changer les choses ? Penses-tu pouvoir marcher seule pour la réalisation de ton projet ?



Tahiana : Seule, non. J’ai fondé une association que j’ai nommé « FAHAMENDREHANA », dignité en Malgache. Elle s’occupe de Madagascar project.

Cette association aura pour objet d’organiser de nombreux évènements afin de lever des fonds pour installer de nombreuses bornes à Madagascar. Il y aura une sensibilisation de la population pour leur demander de faire des efforts afin de déposer de la nourriture propre à la consommation, des habits, des duvets…dans ces bornes afin que les plus nécessiteux y viennent les récupérer.

Ceci est le 1er projet qui nous semble être le plus urgent.

Plus tard nous allons nous attaquer à la santé, à l’éducation, à la sécurité. Ce n’est pas les domaines présentant de réel besoin qui manquent dans notre pays.



Liora : bien, l’idée d’installer des bornes est tout à fait nouvelle à Madagascar mais la santé et l’éducation il y en a déjà beaucoup qui s’y opèrent.


Tahiana : tout à fait, nous sommes en pour parler, pour une collaboration, avec certaines associations déjà existantes dans le pays afin de créer une chaîne humanitaire. Ceux qui viendront se servir dans les bornes ne doivent pas en devenir dépendants, il faudra les diriger vers d’autres associations leur permettant de s’insérer dans la communauté.

Concernant la santé, nous inviterons les médecins retraités ou en activité à venir effectuer des rotations afin d’opérer dans différents dispensaires de Madagascar.

Côté éducation, nous inviterons également les enseignants bénévoles qui souhaitent nous aider à baisser le taux de l’analphabétisation dans le pays.


Liora : tu es très optimiste Tahiana, ça ne va pas être facile tout ça.


Tahiana : rien n’est facile lorsqu’il s’agit d’aider et de donner. Il faut commencer par quelque part et je crois profondément en la bonté humaine d’une bonne partie de la population mondiale.

Je profite de cet interview pour lancer un appel à tous les artistes du monde : ensemble nous pourrons apporter aux êtres humains qui vivent dans les rues. Organisons des concerts partout où nous nous trouvons, je me déplacerai, joignons l’agréable à l’utile : éclatons-nous sur scène et rendons la dignité à nos égaux par la même occasion. Ca aurait pu être nous les sans-abris, donc partageons, donnons, aidons lorsque nous avons eu l’énorme chance de ne pas devoir lutter pour vivre.


Liora : Tahiana j’espère que cet appel sera entendu et nous souhaitons que ce projet aboutisse afin que tes compatriotes se sentent aimés. Merci d’avoir partagé ce moment avec nous.


Tahiana : c’est moi qui te remercie et oui je suis confiante pour la suite de FAHAMENDREHANA (Madagascar Project).

J’espère voir la première pierre posée avant Noël 2018 et qu’en plus des nourritures nous y trouverons des cadeaux également. J’ai confiance en la générosité des habitants de Madagascar.